Histoire & patrimoine

En 1307, Beauzelle faisait partie de la seigneurie de Blagnac.

Beauzelle, du dialecte local BAOUZELLE, nom de l’unique chaumière qui, selon la tradition, se dressait autrefois au milieu de la forêt environnante et servait de halte aux gens de passage.

D’août 1898 à février 1899, il y a tout juste cent ans, vivait à Beauzelle le célèbre peintre Henri MATISSE avec sa femme Alexandrine PARAYRE née à Beauzelle le 16 février 1872. Leur premier fils Jean y naquit lui aussi le 10 janvier 1899.

Dès les années cinquante, Beauzelle sort de sa léthargie.

  • 1958 : 285 habitants
  • 1972 : 1750 habitants
  • 1976 : près de 3000 habitants
  • 1990 : 5418 habitants
  • 1999 : 5133 habitants
  • 2007 : 5054 habitants
  • 2011 : 5175 habitants 
  • 2014 : 5603 habitants

Depuis 2007, de nombreux promoteurs ont réalisé des ensembles d’habitations avec des logements sociaux qui ne sont pas encore comptabilisés dans le dernier recensement (2007).

Les habitations occupent très vite l’espace, tout d’abord contre l’ancien village puis à la périphérie où naissent de grands ensembles et des cités aux coquets pavillons.

La Z.A.C. du Garossos est aménagée à l’ouest, de l’autre côté de la route de Grenade pour accueillir des activités commerciales et industrielles.

Le village reçoit un sang nouveau, de jeunes couples s’installent, les écoles grossissent... Beauzelle, commune agricole et plus particulièrement maraîchère, devient alors une ville à caractère résidentiel dont il faut suivre et anticiper si possible les besoins provoqués par un très rapide développement.

Aujourd’hui, Beauzelle offre le visage d’une cité mature, dynamique, voire sereine. Le cadre de vie est agréable et le réseau associatif concourt à cette qualité de vie en proposant des activités nombreuses et diverses, témoin de sa vitalité, aux portes de Toulouse, 4ème ville de France.

Eglise Saint Julien

Eglise Saint Julien

Sur l’emplacement du vieux château qui surplombe la Garonne les habitations du village ancien sont accolées et regroupées autour de l’église en briques dont les parties les plus anciennes sont du XVIIe jusqu’au XIXe siècle. Cet édifice comprend un Clocher-Mur typique du pays Toulousain. A voir sur les habitations en brique les frises d’antéfixes en terre cuite, intégrées à l’architecture et qui représentent des motifs de fleurs et de volutes.

Moulin de Naudin

Moulin de Naudin

Moulin à blé actionné par le courant de la Garonne. Il ne reste que les ruines du bâtiment central. Il doit son nom vraisemblablement à son propriétaire qui l’exploitait au XIXe siècle. Son accès se faisait par l’île voisine du Pied de bœuf. Il fut l’objet de polémiques entre les différentes communes qui le revendiquaient.